Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for mars 2008

bureau.jpg

 Humm…. Votre environnement de travail ressemble probablement plus à la photo de gauche ci-dessus qu’à ces photos ci-dessous qui présente le nouveau bureau de Google à Zurich. Je vous avertis, ne les regardez que si vous avez le coeur solide car votre environnement de travail vous semblera plutôt moche après. Probablement qu’il y a une attrape, non? Si une entreprise consacre autant d’efforts à créer un environnement de travail intéressant, ce doit être parce qu’elle espère que ses employés vont faire de longues heures!

Autres articles sur Google ici et ici.

google_environnementdetravail11.jpg google_environnementdetravail5.jpg

google_environnementdetravail3.jpggoogle_environnementdetravail2.jpg

google_environnementdetravail4.jpg google_environnementdetravail6.jpg

google_environnementdetravail7.jpg google_environnementdetravail8.jpg

google_environnementdetravail9.jpg google_environnementdetravail10.jpg

google_environnementdetravail111.jpg google_environnementdetravail12.jpg

google_environnementdetravail13.jpg google_environnementdetravail14.jpg

google_environnementdetravail15.jpg google_environnementdetravail16.jpg

Read Full Post »

Je suis un peu surpris de ne pas voir plus d’entreprises se tourner vers l’immigration pour résoudre leurs défis de recrutement en informatique. J’ai entendu quelques histoires d’impartition en Inde qui se sont mal terminées, mais les qualifications des informations n’étaient pas en cause. Il semblerait que la distance et le décalage horaire représentent des obstacles trop importants. Dans ce cas, pourquoi ne pas simpklement faciliter l’immigration des informaticiens qui ne demandent pas mieux que de venir vivre au Québec et nous aider à pelleter notre belle neige?

En fait, je trouve que les conditions actuelles devraient nous inciter à mieux gérer notre immigration pour accueuillir plus de gens parlant déjà le français et aussi mieux qualifiés pour prendre une bonne place dans le monde du travail tout en stimulant notre économie. Si on regarde ces deux graphiques, on voit qu’une tendance positive se dessine dans ce domaine. Cet article nous informe d’ailleurs que les travailleurs français sont ouverts à venir travailler au Québec et que, plus particulièrement dans le domaine informatique, les candidats à l’immigration sont de qualité. Personnellement, je croise beaucoup d’informaticiens français et le « fit » semble bon. De façon générale, l’informatique m’apparaît comme un domaine dans lequel le multi-culturalisme se vit bien.

immigrationquebec.gif

immigrationquebec2.gif

Autre signe des temps, ce courriel de spam que je vous recopie. quand ce genre de courriel se retrouve dans votre boîte de spam, c’est que quelque chose de concret et d’organisé se met en branle…

**********************
Madame, Mademoiselle, Monsieur,

EN SE BASANT SUR LE PROGRAMME DE LUTTE CONTRE LE CHÔMAGE, LE DIRECTEUR DU GROUPE ALLIANZ CANADA – USA VOUS ADRESSE CETTE CORRESPONDANCE

Afin de lutter contre la pauvreté, la promotion de l’emploi et à l’intégration Africaine au processus de la mondialisation, le Groupe Allianz lance un projet dénommé PLCC (Programme de Lutte Contre le Chômage) grâce à l’aide de ses différentes commissions. Ce programme est destiné à tout demandeur d’emploi, à tout demandeur d’un VISA pour
une destination au Canada, aux Etats-Unis ou en Chine. Il est destiné aussi à tout cadre ou à tout jeune diplômé.

Après une longue étude dynamique du phénomène de la pauvreté dans les pays en voie de développement notamment les pays d’Afrique, du Caraïbe et du pacifique en collaboration avec le gouvernement canadien et le plan à long terme du Ministère des Affaires étrangère, le présent programme prend naissance et se veut un moteur évident pour la lutte contre la pauvreté et la promotion de l’intégration réelle dans le programme de mondialisation et d’ouverture du territoire canadien, américain ou chinois aux étrangers.

*****************************************************************************

Les conditions particulières à remplir
– Avoir entre 18 et 55 ans au plus.
– être de bonne moralité.
– être disponible a voyagé.
– Savoir bien parler le français si possible l’Anglais
– être titulaire du BEPC au moins ou avoir un diplôme professionnel

Si vous remplissez les conditions, vous pouvez nous faire parvenir par émail à l’adresse émail groupe.allianz@gmail.com votre curriculum vitæ ainsi qu’une lettre de demande d’emploi et si possible une photo. Le maximum sera déployé par l’entreprise pour votre immigration sur votre lieu de travail à savoir les papiers requises adhérents le voyage du
personnel.

Documents à fournir
* Un curriculum vitæ
* Une lettre de demande d’emploi
* Une photos d’identité

A défaut de nous faire parvenir votre dossier par émail, vous pouvez directement vous connecter au site officiel du Groupe Allianz afin de remplir le Formulaire de la pré inscription en allant sur le site officiel du Groupe Allianz. Nous espérons que vous avez tout le nécessaire pour prendre une décision enfin de fournir les dossiers demandés.
Votre déplacement sera pris en charge par l’entreprise dès que vous aurez remplir les conditions requises d’adhésion du dossier de candidature. Après avoir envoyer les informations requises au dossier de candidature pour la pré inscription, l’entreprise vous met en garantie une immigration depuis l’aéroport de votre pays pour la Canada à titre gratuit considérer comme transport du Personnel ce qui veux dire que, quand, vous aurez envoyé les papiers de candidature nous allons mettre en place un service de votre Ambassade une compétence qui sera chargé de vous envoyer une convocation depuis
l’ambassade de votre pays pour vous faire part de la constitution d’un dossier d’immigration.

Dès que vous allez recevoir cette convocation vous irez vous présenter a l’ambassade pour recevoir le Formulaire de demande de Visa et Passeport si vous n’en disposez pas alors lorsque nous serons au courant que votre Visa est déjà prit nous vous enverrons un Billet par DHL ou par poste par l’adresse que vous irez réceptionner et de montrer à l’ambassade pour qu’on vous délivre les papiers tel que :

1- Certificat d’hébergement
2- Un Permis de travail
3- Un Permis d’étude pour un(e) étudiant(e)
4- Votre Visa
5- Votre Passeport
6- Votre Assurance International
7- Lettre de Prise de Fonction signé par la Direction

PS: Le Permis d’étude est destinée à un(e) candidat(e) désirant travailler temporairement dans l’entreprise et en même temps continué(e) ses études. Sur ce, nous restons en attente du dossier de la pré inscription que vous enverrez par émail ou bien le formulaire de pré inscription que vous remplissez sur le site officiel du Groupe Allianz.

Read Full Post »

La plupart des gens travaillent par obligation financière, cela va de soi. Ils sont rares (« workaholics » ou en pré-retraite) ceux qui travaillent pour s’occuper ou se distraire. Dans un contexte de pénurie de main d’oeuvre, plusieurs travailleurs auront plus de latitude pour chercher un emploi qui les rend plus heureux. Voici quelques conseils pratiques pour identifier votre travail de rêve :

  1. Prenez le temps de définir vos rêves professionnels … et faites ce qu’il faut pour les réaliser.
  2. Examinez votre passé professionnel pour identifier quels furent vos moments de travail les plus heureux et quels étaient les caractéristiques de ces emplois.
  3. Soyez ouverts aux observations sincères de vos amis. Nous sommes trop souvent pris dans un engrenage quand vient le temps de visualiser notre carrière. On dirait qu’un trajet professionnel a déjà été établi. Parfois certains amis peuvent nous faire penser en dehors de ce carcan.
  4. Ne vous laissez pas dire que vos rêves sont impossibles.
  5. Assurez-vous un minimum de revenu. Il est bon de faire des compromis au niveau du salaire pour occuper un poste qui nous plaît, mais un trop grand manque à gagner va vous mettre trop de pression. En fait, il faut faire un constat honnête au niveau de vos attentes salariales.
  6. Prenez le temps d’analyser ce qui peut être fait dans votre travail actuel pour améliorer votre sort. Parfois c’est la route la plus rapide vers le bonheur au travail.
  7. Prenez des risques. Trop de travailleurs souffrent d’inertie. Il est parfois possible de faire un travail similaire dans une autre entreprise et il peut être surprenant de voir comment un nouvel environnement de travail peut être rafraîchissant.
  8. Apprenez à apprécier les gens qui vous entourent, il y a toujours de bonnes personnes avec de belles qualités. Il faut concentrer notre attention sur eux, pas sur les négatifs.
  9. Testez-vous. Il est parfois nécessaire de passer des tests « objectifs » pour nous aider à vraiment comprendre ce qui nous rend heureux. Faire appel à un coach de carrière peut être une bonne idée.
  10. Misez sur vos forces, un travail qui vous met en valeur va vous rendre heureux. Il est toujours mieux d’occuper un poste moins élevé dans la hiérarchie mais qui vous met en valeur qu’un poste plus élevé qui vous fait mal paraître.

Read Full Post »

Ouep, mon blogue est plutôt sérieux, je l’avoue, et je réalise que je devrais tenter de lui donner un minimum d’humour pour attirer les visiteurs en quête de rires. Après tout, il faut bien rigoler un peu quand on parle du monde du travail. Sinon on perd la boule. Parlant de boule, je trouve ce travailleur extrêmement doué, il mériterait une promotion. De plus, il est prouvé que l’exercice est bon pour la productivité au travail. J’espère qu’on l’encourage fortement à pratiquer de nouvelles routines et ainsi divertir ses collègues…

Read Full Post »

Je ne sais pas pour vous, mais je suis un peu inconfortable avec les publicités des grands joueurs du domaine de la recherche d’emploi : Monster, carrebuilder.com, workopolis. En fait, ce n’est pas vraiment avec leur pub que j’ai de la difficulté, c’est plus avec le rôle plutôt passif qu’ils se donnent dans le monde du travail… leur refus de devenir des joueurs vraiment actifs dans l’amélioration globale du monde du travail.

Ces géants de la recherche d’emplois en ligne sont très forts pour faire de la publicité, mais dans les faits ils ne sont qu’un répertoire d’annonces pas toujours valides et ne font pas grand chose pour aider les travailleurs à faire progresser leur carrière. Allez sur leur site et dîtes-moi ce que vous trouvez qui pourrait s’approcher d’un service Web 2.0. Vous voyez un wiki pour que les travailleurs s’entraident? Des forums? Autres choses que des articles simplistes sur les 50 questions les plus demandées en entrevue? C’est décevant, surtout en rapport avec leur positionnement marketing.

En bon « marketer », les Monster-careerbuilder.com-workopolis de ce monde excellent à nous vendre du rêve. Cette pub de Workopolis ne fait justement que ça : vendre l’idée que leur site est LA solution à l’amélioration de votre carrière.

Monster est plus sophistiqué dans sa publicité récente (la 1ère qui suit) qui nous montre un membre de la génération Y qui cherche à se distinguer de la masse qui ne fait que suivre le chemin tracé. Encore là, le site Web de Monster n’est certes pas un modèle de ressources pour les travailleurs. Personnellement, je préfère les pubs qui cognent plus fort, comme la 2ième.

Finalement, Careerbuilder n’est pas meilleur pour offrir des services d’aide aux travailleurs sur leur site Web. Mais j’aime bien leurs publicités qui présentent le monde du travail comme un zoo duquel les travailleurs cherchent à fuir…

Read Full Post »

reseauxsociaux.jpg

Les innovateurs du monde du travail que sont les gars de Standoutjobs nous communiquent sur leur blog leur opinion selon laquelle la croissance du recrutement effectué via les réseaux sociaux comme Linkedin va bientôt susciter la création d’une nouvelle carrière : recruteur en réseaux sociaux. Bien que je sois parfaitement en accord avec eux concernant l’aspect très stratégique de l’intégration des réseaux sociaux dans les pratiques de recrutement, je suis un peu moins convaincu que les entreprises vont effectivement comprendre l’importance de ce phénomène et « avoir la religion » pour débloquer un budget et créer un tel poste au sein de leur organisation. Mais en informatique ainsi que dans les domaines plus techniques, j’im l’impression que le social networking va jouer un rôle vraiment crucial et permettre à certains recruteurs de se créer un réseau de contact facilitant l’identification des meilleurs candidats. Le réseau social va représenter un avantage évident.

Si je suis un peu sceptique quant à la vision des entreprises sur les aspects entourant le web 2.0 c’est qu’encore récemment Forrester nous rappelait que le Web 2.0 est très peu utilisé par le monde corporatif et pour la plupart des compagnies ça ne figure même pas dans les plans. Qu’en est-il dans un domaine aussi conservateur que les ressources humaines? Je n’ose même pas y penser même si je travaille en ce moment pour aider mon employeur à prendre ce virage et mieux recruter. Je vous ferai part du résultat de mes démarches. Entretemps, jetez un coup d’oeil à ce tableau et vous comprendrez pourquoi j’ai des doutes :


Mais l’article publié sur le blog de Standoutjobs contient une réflexion que j’adore : recruter et faire du marketing sont deux choses intereliées. Et dans un monde de pénurie de main d’oeuvre, le rapprochement marketing-recrutement risque de s’imposer. Dans ce sens, les spécialistes des réseaux sociaux risquent effectivement de pouvoir se tailler une place de choix dans les département de ressources humaines qui tenteront désespérément de rattraper leur retard. Comme ils le disent : « The sooner companies realize that recruiting is marketing, and social media/networking/blogging are great forms of marketing, the sooner companies will be able to take more control of their recruiting and generate better results.« 

Read Full Post »

Quand on parle de pénurie de main d’oeuvre en informatique, on ne parle pas seulement de chiffres. Juste au québec, on dit qu’il manquera approximativement 15 000 informaticiens pour combler les postes vacants en 2011, mais là n’est pas la seule problématique. Car une question peut-être encore plus importante doit se poser : les informaticiens ont-ils les qualités interpersonnelles pour remplir le mandat stratégique que les entreprises sont prêtes à leur donner?

En effet, depuis quelques années, les TI s’approchent de plus en plus du côté business des entreprises et ne sont plus seulement considérées comme des exécutants qui n’ont qu’à faire ce qu’on leur demande. L’apport stratégique des TI est reconnu plus globalement maintenant vu que tout, ou presque, les concerne quand il s’agit de rendre une entreprise plus performante, donc plus compétitive.

Le problème, on pourrait dire plus positivement le défi, est qu’en plus de manquer de travailleurs en informatique pour prendre un tel rôle plus stratégique, les qualités dans le domaine des « softskills » manquent énormément aux informaticiens. De plus, les Baby Boomers qui ont davantage développé ces qualités vont bientôt prendre leur retraite. Il faudra envisager de la formation et les informaticiens « allumés » devraient déjà commencer à raffiner leurs qualités interpersonnelles pour saisir cette opportunité en or qui s’offrent à eux.

Pour mieux vous informer, voici un article paru sur le blog de Direction Informatique et un lien vers ce document d’IBM qui explique Le nouveau chef de l’information : acteur du changement et leader d’entreprise. Aussi, si vous êtes plus visuels, deux graphiques qui en disent long sur les lacunes des informaticiens :

evolution-role-du-ci.jpg

obstacle-role-du-ci.jpg

Read Full Post »

Older Posts »