Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for avril 2008

Vous m’excuserez l’utilisation de ce vieux slogan du prolétariat, mais je trouve qu’il s’applique très bien au nouveau monde du travail en informatique … et dans bien d’autres domaines. En fait, quand la demande de main d’oeuvre est tellement plus forte que l’offre, tel que cela est déjà le cas en ce moment et continuera de l’être pour plusieurs années, les conditions sont favorables à un mouvement de collaboration entre les travailleurs pour s’entraider à trouver les meilleurs emplois…et nuire aux mauvais employeurs.

Mais la questions se pose : les informaticiens verront-ils un avantage à créer un espace Web sur lequel ils pourront se retrouver et échanger des informations diverses pour accélérer leur carrière? Ont-ils un penchant plus fort pour l’individualisme et l’interaction avec leur ordi? Verront-ils la logique des nouveaux courants de pensée comme celui expliqué dans The Wisdom of Crowds? C’est à voir.

Mais disons qu’une communauté d’informaticiens comme ITToolbox avec 1,2 million d’informaticiens membres a déjà fait la preuve qu’il est possible de regrouper des informaticiens dans un réseau social spécifique à eux. Je crois aussi que le mouvement du logiciel libre illustre bien la volonté des informaticies de se regrouper autour d’un projet commun, même bénévolement.

À mon avis, un mouvement communautaire à la Web 2.0 contiendrait des éléments comme ceux-ci et pourrait générer les bénéfices suivants :

Éléments de la communauté :

  • évaluation des employeurs au niveau des conditions de travail dans le département TI;
  • Identification des projets intéressants;
  • annonce d’ouvertures de postes avec des défis stimulants;
  • sondages sur les conditions de travail : salaires et autres;
  • conseils de coach en développement de carrière;
  • mentorat;
  • échange de conseils informatiques et de gestion;
  • blogs d’informaticiens … pour informaticiens.

Bénéfices de la communauté :

  • Conscientisation des employeurs à créer des environnements de travail positifs pour les informaticiens;
  • recherche d’emplois TI accélérée;
  • résolution de problèmes de carrière avec l’aide de pairs;
  • réseautage avec d’autres informaticiens;
  • plus grande satisfaction au travail.

Et j’en passe… Avec 150 000 informaticiens juste au Québec, je crois que cette idée n’est pas totalement farfelue.

Publicités

Read Full Post »

Je questionne régulièrement le concept de l’entreprise 2.0, mais ce n’est pas parce que je trouve l’idée d’une entreprise plus collaborative grâce aux nouveaux outils informatiques et un changement de culture farfelue. C’est plutôt le « 2.0 » qui me dérange et donne au concept un aspect de mode qui devrait éventuellement disparaître au profit d’un nouveau concept. Ça ouvre la porte aux dirigeants d’entreprise qui se disent qu’il vaudrait mieux attendre et voir si la mode tient ou non la route. Entretemps, ces entreprises piétinent et n’améliorent pas leur productivité.

Bâtir ou rendre une entreprise plus collaborative est davantage une question de culture interne que de technologies. Malgré tout, je trouve intéressant de voir une associaition professionnelle comme la FIQ inviter ses membres informaticiens à participer à un nouveau groupe de travail sur les outils de collaboration. Car éventuellement il faut bien que la technologie supporte le changement culturel et les décideurs informatiques doivent comprendre le mouvement vers l’entreprise 2.0. De plus, les informaticiens représentent sûrement un des domaines professionnels dans lequel la collaboration accrue apportera le plus de bénéfices.

Si vous voulez plus d’information, cliquez ici. Entretemps, voici les objectifs du groupe d’intérêt :

  • Comprendre les mécanismes de la collaboration dans l’organisation;
  • Identifier le potentiel collaboratif dans l’organisation et savoir le gérer en connectant les îlots isolés aux bases de connaissance;
  • Apprendre comment favoriser l’intelligence collective dans l’organisation;
  • Apprendre comment faciliter l’échange et le partage des actifs informationnels;
  • Savoir accroître le pouvoir du travail collaboratif dans l’organisation;
  • Apprendre à identifier les activités collaboratives.

Read Full Post »

Quel est ce vieux dicton : pour tuer un homme, offre-lui un travail dans lequel il ne fait rien? Je vous laisse trouver la bonne formule, de toute façon on comprend le sens et je suis obligé d’être en accord. Une journée par ci par là de procrastination intensive ne fait de mal à personne. En réalité, c’est le fait de pouvoir le faire sans grande conséquence qui est plaisant. C’est un signe que le boulot n’est pas trop stressant.

Mais sur une longue période de temps? C’est dangeureux. Je vois souvent des projets informatiques qui sont mis sur la glace et des informaticiens qui piétinent. En peu de temps, ça commence à chialer, médire, critiquer, broyer du noir … et quitter.

Read Full Post »

Je me demande parfois si le principe de Peter se manifeste ailleurs aussi clairement que dans le domaine informatique. Car il me semble que le dépassement face aux nouvelles technologies et approches en développement informatique ainsi qu’en infrastructures y est défitivement plus fréquent. En plus, le fait que des informaticiens gravissent les échelons de la hiérarchie tout simplement parce qu’ils commencent à grisonner donne souvent des résultats inquiétants.

Il sera intéressant de suivre la situation avec l’arrivée de la génération Y qui cherche dans leurs patrons des leaders humains, des coachs et des exemples. Les Y sont nettement plus exigeants que la génération qui les a précédé. Et comme ils ont l’embarras du choix dans les emplois qu’ils choisissent, parions que les patrons en plein principe de Peter vont en baver…

Read Full Post »

C’est dans ma nature, je m’en excuse, de me méfier des entreprises informatiques qui annoncent la réalité de nouvelles tendances organisationnelles avant qu’elles ne deviennent réalité. Vous en connaissez tous des exemples tels que le CRM qui a été tellement poussé par les Siebel de ce monde alors que dans les faits très peu d’entreprises ont aujourd’hui un vrai Customer Relationship Management en place.

Dans tous ces exemples, ce ne sont pas les technologies qui manquent à l’appel. Au contraire, elles sont là et prêtes à être implantées. C’est plutôt l’incapacité des entreprises à prendre ces technologies et les intégrer dans leurs processus d’affaires qui explique les nombreux échecs dont nous entendons parler. Changer les façons de faire des travailluer représente aussi un défi de taille. Dans le cas du concept de l’entreprise 2.0, je crois que nous allons assiter à la même chose : beaucoup de bruit, pas beaucoup de réalisations étant donné de nombreux défis.

J’ai trouvé quelques vidéoclips pour ceux qui s’intéressent à la question. Les deux premiers pour introduire la notion de l’entreprise 2.0. Ensuite, un court vidéo qui présente la réponse de quelques CIO à la question : Entreprise 2.0 : mythe ou réalité?

Read Full Post »

J’ai failli vous faire un lien vers un vidéoclip qui se moque des geeks, mais franchement je trouve ça trop méchant. De plus, ça ajoute aux stéréotypes qui courent à propos des informaticiens qui seraient tous des nerds marginaux. Si vous êtes en informatique, vous savez que les généralisations ne sont plus possibles car les informaticiens sont aussi diversifiés que les autres professionnels. Quoiqu’on continue de parler des comptables aux bas bruns. Comme quoi les stéréotypes ont la vie dure.

Un autre élément qui joue en faveur de la diversité des personnalité en informatique est la quantité d’origines culturelles ou de provenances géographiques qu’on y retrouve. L’informatique est vraiment devenu multiculturel. Malgré tout, je trouve ces blagues de Dilbert très drôles. Faut pouvoir en rire un peu…

Read Full Post »

Décidément, le Québec accuse un certain retard sur l’Europe en matière de congés ou vacances pour les travailleurs. Heureusement que nous avons les américains tout près pour nous donner l’impression de ne pas être si pires (surtout en matière de congé parental) et que la moyenne d’heures travaillées par semaine au Québec est relativement basse. Voici un tableau du nombres d’heures travaillées annuellement par pays (cliquez dessus pour mieux voir) :

On retrouve en milieu de tableau le Canada et vers le bas plusieurs pays européens dont quelques-uns scandinaves. J’ai souvent entendu des choses intéressantes sur la qualité de vie dans les pays scandinaves qu’on y retrouve. Parfois la distance contribue à créer des légendes. Mais dans cet article, je découvre que la Finlande étudie sérieusement un projet pour offrir aux travailleurs une semaine de congé d’amour. Voilà une initiative presqu’insolite pour faciliter l’équilibre travail-vie personnelle :

« De quoi s’agit-il? D’une proposition de loi instaurant le droit pour tout employé de bénéficier chaque année de 7 journées de congé payé pour les passer tendrement avec son conjoint.

Le député de gauche Tommy Tabermann a mis au point ce projet de loi dans l’optique de permettre aux couples de prendre du temps pour eux et de resserrer leurs liens que la vie quotidienne, souvent stressante à cause du travail, amenuise. Selon ses propres dires, ces 7 journées «permettront aux couples de se retrouver sur les plans érotiques et émotionnels». »

Read Full Post »

Older Posts »