Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘formation’ Category

À ma connaissance, c’est la première conférence du genre, il était temps. Sans mentionner vraiment la notion du 2.0, le contenu des présentation tournera vraisemblablement autour de l’utilisation des nouvelles techniques de recrutement favorisées par le Web 2.0 et les réseaux sociaux. Comme il y aura des études de cas présentées, les améliorations à faire dans les entreprises pour en venir à être perçues comme étant 2.0 seront elles aussi sûrement discutées. Dans un contexte de pénurie de main d’oeuvre sévère, une telle conférence mérite toute l’attention des recruteurs. supportée par le journal Les Affaires, le marketing devrait être adéquat. Si jamais c’est un flop, on pourra se questionner sur le niveau de conscientisation des recruteurs québécois…

Publicités

Read Full Post »

Voilà un sujet délicat. Comme c’est le cas de plusieurs professionnels, les informaticiens passent beaucoup de temps à lire pour continuer d’apprendre … ou simplement demeurer à date avec toutes les innovations dans leurs domaines. Les informaticiens ne sont pas seuls dans cette situation. Mais si plusieurs professionnels le font, peu s’y consacrent autant que les informaticiens, soit par passion pour le sujet ou pas nécessité pour performer. Avec le temps, c’est très prenant pour les informaticiens qui lisent souvent sur leurs heureus personnelles et donnent ainsi à leur employeur beaucoup de connaissances gratuitement. Comme le disait si bien Caliméro : c’est vraiment trop injuste!

En fait, la plupart des professionnels se perfectionnent en assistant quelques fois par année à des conférences ou vont dans des salons d’affaires. Ce genre d’activité de formation est à la limite un « congé » pour certaines personnes, surtout quand la location est attirante, et représente une forme de ressourcement pour les employés, voire de reconnaissance de la part des employeurs. J’ai moi-même eu la chance d’avoir du bon temps à New York, Las Vegas, Boston, Paris, etc… J’allais écrire Toronto, mais il ne faut pas exagérer quand on parle de bon temps, particulièrement si vous vous retrouver en banlieu de la ville dans les bureaux d’IBM!

J’aimerais bien voir des employeurs reconnaître les efforts des informaticiens en matière de perfectionnement. Il y a plusieurs façons de le faire : donner du temps pour mener ces activités de formation ou payer du temps supplémentaire s’il est impossible de libérer les informaticiens durant les heures de bureau, organiser des activités internes d’échanges d’informations, des midis-conférences, etc…

Read Full Post »

Normalement, ce qu’on entend est que le nombre d’inscriptions dans les programmes d’enseignement informatique des cégeps et universités au Québec sont beaucoup trop bas pour que tous les futurs retraités des prochaines années soient remplacés. Et cela ne prend pas en considération le fait que plus d’informaticiens seront nécessaires dans un monde du travail obsédé par l’accroissement de la productivité qui devrait, de près ou de loin, impliquer l’informatique. D’où la prémisse de réflexion de ce blog : il y a déjà une pénurie de main d’oeuvre en informatique et elle ne peut que devenir encore plus importante.

Dans cet article d’IT World Canada, on trouve les arguments alarmistes habituels : “What we’re seeing is enrollment dropping dramatically year after year, and in fact, we have some Canadian institutions that have room for 300 or 400 students for their first year intake.” Il semblerait ici que le problème soit causé par une mauvaise image de l’industrie informatique propagée par les médias qui s’intéresse surtout aux histoires de mises à pied d’informaticiens. Pour que les jeunes se lancent en informatique, il faut faire du marketing efficace de la profession.

Cet article de Direction Informatique est nettement plus encourageant pour les employeurs puisqu’on y annonce une augmentation des admissions dans les programmes informatique en 2007 et 2008 : « 776 demandes d’adhésion au programme Technique d’intégration du multimédia dans les cégeps de ces deux régions auraient été soumises en 2007, contre 622 demandes en 2006, soit une hausse de 25 %. »

Dans l’ensemble des informations traitant cette importante question, le défi de communiquer aux jeunes une image positive de l’informatique revient toujours. Quand on pense que plus de 21000 emplois devront être comblés d’ici 2010, cela ne devrait-il pas suffire à convaincre les jeunes que les emplois sont presque garantis s’ils obtiennent un dîplome? Il semble que non. En fait, je crois que c’est le type d’emplois qui seront disponibles qui n’est pas très clair pour les jeunes qui cherchent des motivations à devenir informaticien. Un autre aspect qui devrait être mieux communiqué est sûrement l’avancement rapide qui sera possible en informatique. donc, plus de revenus et de salaires pour ceux qui se placeront bien les pieds…

Read Full Post »

Si vous visitez le site du formateur Stéphane Simard www.generationY.ca, vous arriverez sûrement à la même conclusion que moi : toute entreprise qui dépend des jeunes travailleurs (pour leur expertise pointue, leur créativité ou leur plus grande disponibilité), devrait se donner comme priorité d’être supportée par un spécialiste. D’ailleurs, on peut voir que deux des citations de clients affichées sur le site proviennent d’entreprises qui se classent bien dans les concours d’identification des meilleurs employeurs. Il n’est pas surprenant que ces dernières se montrent plus visionnaires dans leurs efforts pour devancer leurs compétiteurs au niveau du recrutement et de la rétention de la main d’oeuvre composée des jeunes travailleurs.

Comme monsieur Simard le dit lui-même : « Confrontée à une concurrence mondiale féroce, une pénurie criante de main d’œuvre qualifiée et des départs massifs à la retraite, la survie des entreprises québécoises dépend plus que jamais d’employés passionnés, responsables et créatifs. » Dans ce contexte, le moindre avantage concurrentiel en matière de gestion des ressources humaines prend une valeur énorme. À défaut d’organiser une formation à l’interne si cela vous est impossible, lire le livre est un compromis acceptable. Vous pouvez vous le procurer sur le site www.generationY.ca ou dans toute bonne librairie.

Je ne connais pas le carnet de commandes pour la formation offerte par monsieur Simard, mais j’ose espérer qu’il est bien rempli. Car quelle entreprise n’a pas besoin de se familiariser avec le contenu suivant de la formation :

Découvrez comment créer un milieu de travail vibrant, enrichissant et performant :

  • Les valeurs qui allument la génération Y;
  • Les moyens pour attirer plus facilement les jeunes de 18 à 30 ans les plus talentueux dans votre organisation;
  • La façon de développer et partager une vision qui suscite passion, émotion et conviction; Les éléments clés pour provoquer l’engagement.

Voici une entrevue avec l’auteur du livre et le formateur Stéphane Simard :

Read Full Post »

universite_laval.gif


Je trouve cette initiative de l’université Laval très pertinente :

 Conférence sur le recrutement

À la demande générale, le Service de placement lance sa toute nouvelle conférence interactive gratuite pour employeurs : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la génération Y.

Ce déjeuner rencontre vous permet de démystifier et de découvrir la vision, les besoins et les attentes des étudiants et des diplômés universitaires. C’est un moment privilégié de faire le point sur les relations entre employeurs et relève. C’est aussi l’occasion d’en savoir plus sur les pratiques gagnantes pour recruter et fidéliser les nouveaux talents appartenant à la génération Y.

Assistez à cette rencontre et vous aurez la chance de :

  • mieux connaître la relève universitaire;
  • identifier les stratégies de recrutement qui répondent à vos besoins;
  • partager des préoccupations communes et des solutions potentielles avec d’autres employeurs;
  • échanger avec des spécialistes en recrutement et profiter de leur expertise.

Au plaisir de vous y voir et de réseauter avec vous!

Partout au Québec !

Cette activité est présentée un peu partout au cours de l’année. Voici les prochaines dates :

  • 25 mars à Lévis
  • 8 avril à Saint-Georges de Beauce
  • 22 avril à Québec

Si vous désirez assister à l’une ou l’autre de ces rencontres, veuillez communiquer avec nous par téléphone au 418 656-3575. Faites vite ! Les places sont limitées!

Read Full Post »