Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘nouveau monde du travail en informatique’ Category

À ma connaissance, c’est la première conférence du genre, il était temps. Sans mentionner vraiment la notion du 2.0, le contenu des présentation tournera vraisemblablement autour de l’utilisation des nouvelles techniques de recrutement favorisées par le Web 2.0 et les réseaux sociaux. Comme il y aura des études de cas présentées, les améliorations à faire dans les entreprises pour en venir à être perçues comme étant 2.0 seront elles aussi sûrement discutées. Dans un contexte de pénurie de main d’oeuvre sévère, une telle conférence mérite toute l’attention des recruteurs. supportée par le journal Les Affaires, le marketing devrait être adéquat. Si jamais c’est un flop, on pourra se questionner sur le niveau de conscientisation des recruteurs québécois…

Publicités

Read Full Post »

On entend beaucoup parler des travailleurs de la génération Y et de leur difficile entrée dans le monde du travail, normalement pas avec des termes très positifs. On dirait que les entreprises ont de la difficulté à gérer leurs attentes professionnelles et que de leur côté les jeunes travailleurs ne sont pas toujours prêts à se conformer aux règles établies avant l’ère du Web 2.0. Ayant grandi avec l’ordinateur et étant des pros du networking, ils acceptent mal tout ce qui dans les entreprise ferme les portes de la collaboration et de la participation de tous.

Dans un récent dossier de PC World on peut lire une brève description de 10 jeunes « whiz kids » nord-américains qui n’ont pas attendu que le monde du travail ne leur devienne confortable pour entreprendre des carrières d’entrepreneur très impressionnantes … et lucratives. On dirait même que cette génération soir pré-disposée à fait preuve d’un entreprenariat excessivement dynamique, totalement adapté à la wikinomie. Personellement, je trouve cette réalité très stimulante pour les jeunes informaticiens qui devraient peut-être tenter leur chance et réaliser leurs rêves en affaires au lieu d’aller se trouver un emploi dans lequel ils seront malheureux. Bien entendu, tout est question de personnalité. Voici les 10 « phénomène » qui vont peut-être vous inspirer:

  1. Ben Casnocha, 19 ans
  2. Andrew Sutherland, 18 ans
  3. Matt Wegrzyn, 19 ans
  4. George Hotz, 18 ans
  5. Catherine Cook, 18 ans

Read Full Post »

Voici une traduction rapide d’un article intéressant trouvé sur ITWorld Canada concernant les expertises les plus en demandes chez les employeurs TI. L’identification de ces 10 expertises est fondée sur les besoins les plus fondamentaux dans les entreprises au niveau des projets informatiques et une analyse du futur économique quant aux tendances et nouvelles technologies. Si vous êtes en réflexion sur votre carrière informatique, cette liste pourrait vous être utile. En plus de maîtriser ces aspects techniques, une bonne compréhension du domaine d’affaires de l’employeur rend un candidat encore plus attrayant pour les employeurs.

  1. Maîtrise des technologies touchant au wireless et tout ce qui a trait à la mobilité;
  2. La virtualisation, pas seulement pour les serveurs, mais aussi pour l’entreposage et même le desktop;
  3. La sécurité, la demande est croissante, surtout dans les industries aux données sensibles;
  4. L’expertise en réseaux est toujours en demande, même en croissance;
  5. Le déploiement d’applications devient toujours plus complexe, ceux qui s’y connaissent attirent l’attention;
  6. Le Web 2.0 n’est pas seulement un buzz word, c’est aussi une tendance que les entreprises choisissent et ils cherchent de bons développeurs;
  7. Les bons analystes d’afaires qui savent gérer les questions technologiques en fonction des stratégies d’affaires ont un bel avenir;
  8. La gestion des bases de données demeure une expertise recherchée;
  9. Le Business Intelligence est plus important que jamais;
  10. L’ouverture d’esprit afin de faciliter la prise en considération des multiples technologies qui sont en place dans les entreprises est aussi un facteur de plus en plus important pour les recruteurs.

J’ajouterais à cette liste tous les « soft skills », les qualités interpersonnelles qui vont prendre de l’importance à mesure que les informaticiens interagissent avec les gens d’affaires dans le but de rendre le département TI plus stratégique et en ligne avec les objectifs corporatifs.

Finalement, si vous pouvez maintenir cette position illustrée plus bas, je crois qu’un employeur devrait sérieusement vous considérer :

Read Full Post »

Vous m’excuserez l’utilisation de ce vieux slogan du prolétariat, mais je trouve qu’il s’applique très bien au nouveau monde du travail en informatique … et dans bien d’autres domaines. En fait, quand la demande de main d’oeuvre est tellement plus forte que l’offre, tel que cela est déjà le cas en ce moment et continuera de l’être pour plusieurs années, les conditions sont favorables à un mouvement de collaboration entre les travailleurs pour s’entraider à trouver les meilleurs emplois…et nuire aux mauvais employeurs.

Mais la questions se pose : les informaticiens verront-ils un avantage à créer un espace Web sur lequel ils pourront se retrouver et échanger des informations diverses pour accélérer leur carrière? Ont-ils un penchant plus fort pour l’individualisme et l’interaction avec leur ordi? Verront-ils la logique des nouveaux courants de pensée comme celui expliqué dans The Wisdom of Crowds? C’est à voir.

Mais disons qu’une communauté d’informaticiens comme ITToolbox avec 1,2 million d’informaticiens membres a déjà fait la preuve qu’il est possible de regrouper des informaticiens dans un réseau social spécifique à eux. Je crois aussi que le mouvement du logiciel libre illustre bien la volonté des informaticies de se regrouper autour d’un projet commun, même bénévolement.

À mon avis, un mouvement communautaire à la Web 2.0 contiendrait des éléments comme ceux-ci et pourrait générer les bénéfices suivants :

Éléments de la communauté :

  • évaluation des employeurs au niveau des conditions de travail dans le département TI;
  • Identification des projets intéressants;
  • annonce d’ouvertures de postes avec des défis stimulants;
  • sondages sur les conditions de travail : salaires et autres;
  • conseils de coach en développement de carrière;
  • mentorat;
  • échange de conseils informatiques et de gestion;
  • blogs d’informaticiens … pour informaticiens.

Bénéfices de la communauté :

  • Conscientisation des employeurs à créer des environnements de travail positifs pour les informaticiens;
  • recherche d’emplois TI accélérée;
  • résolution de problèmes de carrière avec l’aide de pairs;
  • réseautage avec d’autres informaticiens;
  • plus grande satisfaction au travail.

Et j’en passe… Avec 150 000 informaticiens juste au Québec, je crois que cette idée n’est pas totalement farfelue.

Read Full Post »

C’est dans ma nature, je m’en excuse, de me méfier des entreprises informatiques qui annoncent la réalité de nouvelles tendances organisationnelles avant qu’elles ne deviennent réalité. Vous en connaissez tous des exemples tels que le CRM qui a été tellement poussé par les Siebel de ce monde alors que dans les faits très peu d’entreprises ont aujourd’hui un vrai Customer Relationship Management en place.

Dans tous ces exemples, ce ne sont pas les technologies qui manquent à l’appel. Au contraire, elles sont là et prêtes à être implantées. C’est plutôt l’incapacité des entreprises à prendre ces technologies et les intégrer dans leurs processus d’affaires qui explique les nombreux échecs dont nous entendons parler. Changer les façons de faire des travailluer représente aussi un défi de taille. Dans le cas du concept de l’entreprise 2.0, je crois que nous allons assiter à la même chose : beaucoup de bruit, pas beaucoup de réalisations étant donné de nombreux défis.

J’ai trouvé quelques vidéoclips pour ceux qui s’intéressent à la question. Les deux premiers pour introduire la notion de l’entreprise 2.0. Ensuite, un court vidéo qui présente la réponse de quelques CIO à la question : Entreprise 2.0 : mythe ou réalité?

Read Full Post »

De plus en plus, les travailleurs en recherche d’emploi doivent penser à leur réputation sur le Web car les employeurs minimalement allumés font maintenant des recherches et peuvent trouver des informations à votre sujet qui vous disqualifieront comme candidat à embaucher. Si vous avez un blog, une page Facebook ou MySpace, des contributions sur des forums, un compte Linkedin ou Viadeo, vous avez une réputation en ligne. Soyez vigilents!

Mais maintenant que les candidats on un excellent rapport de force vu la demande excessive de travailleurs qualifiés, il est temps d’inverser les rôles : faites vos recherches sur un futur employeur avant d’accepter une offre. C’est simple, rapide et ça pourrait vous éviter une mauvaise décision.

Ce sur quoi vous devriez faire votre recherche :

  • l’entreprise;
  • l’équipe de direction;
  • les gens qui vont ont passé en entrevue;
  • les futurs collègues;
  • le chasseur de tête s’il y en a eu un.

Ce que vous devriez rechercher :

  • des commentaires personnels ou professionnels
  • des profils dans les réseaux sociaux
  • des photos
  • des plaintes de clients ou d’employés
  • des nouvelles ou des entrevues
  • des informations sur la situation financière de l’entreprise

Après cette recherche, si vous n’avez rien déterrer de juteux, vous pourrez accepter l’offre ou poursuivre les démarches. Au contraire, si vous faites des trouvailles d’importance, vous aurez à prendre plusieurs décisions. Est-ce suffisant pour arrêter le processus ou poser des questions plus directes. Et si vous stoppez le processus, voulez-vous expliquer ou non votre motivation.

Read Full Post »

Je ne crois pas que ce vidéo d’une parodie de Vista en soit nécessairement la meilleure preuve, mais il représente une bonne occasion de parler de cette tendace très prononcée des entreprises TI de se donner un visage très humain, en particulier dans leurs efforts de recrutement. Tout ça est peut-être inspiré par Mac qui a toujours bien joué cette carte. Mais c’est peut-être aussi un effort stratégique pour recruter des informaticiens plus jeunes qui ne sont pas attirés par une image corporative veston-cravate.

À propos de cet exemple, Vincent Abry souligne que c’est peut-être Microsoft qui a produit le tout. Je trouve l’idée intéressante, surtout si elle prend un aspect viral. En effet, si tout le monde se dit que Microsoft est capable de se ridiculiser et de ne pas se prendre au sérieux, ça donne à l’entreprise un visage tellement plus humain.

Voici le clip après lequel je vous copie celui d’une boîte TI aux USA qui représente illustre très bien ce que je veux dire quand je parle d’un recrutement humain. Attendez-vous à davantage d’offres d’emplois de la sorte, ou du moins à des efforts marketing réfléchis pour communiquer un message similaire. Seuls les vieux dynosaures que je n’oserai pas nommer ici vont continuer d’offrir la même image très sobre. Parions que très peu de jeunes geeks talentueux vont envoyer leur cv pour y travailler!

Read Full Post »

Older Posts »