Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘meilleurs employeurs’

thumbs-up.jpg

J’ai identifié ici et donné des liens vers les meilleurs employeurs québécois selon certains concours pour lesquels les entreprises ont posé leur candidature. On s’entend, il se peut que de bons employeurs ne participent pas à ces concours. À la limite, il se peut même que les entreprises primées dans ces concours ne soient pas de si bons employeurs que ça. Chacun a droit à son opinion. Mais partons avec ce qu’on a sous la main et si vous n’êtes pas d’accord, vous n’avez qu’à laisser un commentaire.

Comme je suis un blogueur extrêment gentil, je vais à l’occasion faire le tour des sites corporatifs de ces entreprises pour identifier les offres emplois informatiques. Encore une fois, pour me remercier, vous n’avez qu’à laisser un commentaire ou encore à me contacter pour me faire un don substantiel 🙂

Read Full Post »

Avec le lancement d’un site comme Ratemyemployer.ca, l’identification des meilleurs employeurs québécois prend une tournure tout-à-fait nouvelle par rapport à ce que nous avons connu dans le passé. Effectivement, avant l’avènement d’une telle plateforme Web qui vient « démocratiser » l’évaluation des employeurs, le classement des ces derniers était une question réservée principalement au Top 50 Canadien de Hewitt & Associés et au Défi Meilleurs Employeurs de l’ordre des CRHA et CRIA du Québec.

Il faut comprendre que ces deux prestigieux concours se font sur la base d’une participation volontaire (et probablement coûteuse) de l’employeur alors que Ratemyemployer n’a absolument rien de volontaire. Un mauvais employeur ne participera pas à ces deux concours qui exigent la contribution des employés, préférant demeurer dans l’ombre et ne rien « brasser » au sein de l’entreprise. Sur Ratemyemployer, les mauvais employeurs sont pointés du doigt d’une façcon que je trouve très surprenante et presqu’inquiétante. Au début, le site comportait sur la première page la liste des 10 pires employeurs notés. Cette liste a été retirée parce que probablement trop dommageable pour les entreprises pointées du doigt.

Quant à lui, le Défi Meilleurs Employeurs au Québec existe depuis 2002 et vous pouvez voir les lauréats ici. Même si le classement est limité aux entreprises qui veulent bien se donner la peine de s’évaluer et de faire participer les employés, je trouve que ce concours est très intéressant. D’une part, son classement est rigoureux et ne saurait être mis en doute. D’autre part, le simple fait qu’une entreprise s’investisse dans un tel processus dénote une sérieuse volonté de mettre en place de bonnes pratiques en gestion des ressources humaines et de s’améliorer. C’est pourquoi je souhaiterais même que le site divulgue toutes les entreprises qui participent. Pour les entreprises que ça intéresse, les inscription se font jusqu’à la fin mars.

L’autre concours bien connu est le Top 50 des employeurs canadiens qui fonctionne un peu sous le même principe que le Défi des Meilleurs Employeurs québécois. Ce concours implique une participation des employés et une volonté de l’entreprise de s’améliorer en mettant en place de bonnes politiques de ressources humaines. Voici la liste des entreprises québécoises qui ont été primées :

  1. Cima+, de Montréal (16) ;
  2. Ivanhoé Cambridge, de Montréal (18) ;
  3. Groupe Robert, de Boucherville (28)
  4. Ultramar, de Montréal (33);
  5. Abbott Canada, de St-Laurent (34) ;
  6. Novartis Pharma Canada, de Dorval (35) ;
  7. Bell Nordiq, de Montréal (38) ;
  8. L’Union canadienne, de Québec (39) ;
  9. Banque nationale du Canada, de Montréal (41) ;
  10. Marcil, de Saint-Sauveur (49)

Ces deux concours, considérés ensemble, peuvent certainement permettre d’identifier de bons milieux de travail. À titre d’exemple, une société comme Cima+ qui s’est classée parmi les trois meilleures entreprises du Défi Meilleurs Employeurs 4 fois depuis 2002 et qui se classe 16e au Canada dans le concours du TOP 50 canadien doit bien faire quelque chose d’exceptionnel dans sa façon de traiter ses employés. Il ne reste plus qu’à savoir si elle va passer son test sur Ratemyemployer et si son département informatique a de beaux projets. De votre côté, vous voilà renseignés sur quelques sources d’informations à consulter avant de faire des choix de recrutement.

Read Full Post »

Si vous n’avez pas encore vu les vidéos-reportages sur les conditions de travail chez Google, prenez quelques minutes pour les regarder (à la fin de mon article) … et imaginez toute une carrière à travailler dans un tel endroit. Je vous préviens, vous allez vraiment souhaitez changer d’employeur en voyant ça. À moins que vous ne soyez un sceptique enragé qui ne croit pas que ces images soient véridiques.

Mais soyons positifs et imaginons-nous que c’est vraiment possible de créer un milieu de travail aussi saint et motivant que Google semble le faire en ce moment. C’est important car ça nous permet d’avoir au moins un exemple concret à observer et étudier. Y en a-t-il beaucoup d’autres exemples de la sorte? Au Québec? Sûrement pas d’aussi révolutionnaires.

J’espère grandement que le modèle RH (utopique?) de Google sera étudié en profondeur par tous les spécialistes intéressés. Le fait que l’entreprise fracasse des records en productivité et profitabilité devrait être suffisant pour éveiller un peu de curiosité. Est-ce possible de mesurer avec précision l’impact financier du contexte de travail chez Google? J’en doute. Un tel calcul ne pourra jamais quantifier l’intangible le plus important : la concentration du talent!

Allez, laissez-vous rêver un peu…

  • Premier vidéo : Les bonbons gratuits (massothérapie, coifurre, lave-auto, 5000$ à l’achat d’un véhicule hybride, alimentation, conditionnement physique et médecin, dentiste, etc…)
  • Deuxième vidéo : la culture et l’aspect collaboratif
  • Troisième vidéo : vidéo de recrutement chez Google
  • Quatrième vidéo : Reportage passé à Oprah Whitney

Read Full Post »